IDENTIFIEZ-VOUS Mot de passe oublié Problème de connexion ? Inscrivez-vous
Accueil Ajouter aux favoris
Edimark
moteur de recherche PanierMon panier : 0 article

>> Accueil >> Publications >> La Lettre du Gynécologue >> N° 273 - Juin 2002

La Lettre du Gynécologue

Juin 2002
SOMMAIRE ÉDITORIAL OURS ARCHIVES S'ABONNER  

EDITORIAL

La DHEA, panacée ou miroir aux alouettes ?

Q ue s’est-il passé avec la DHEA ? Pourquoi les Français, si pressés de respecter le principe de précaution et de faire massacrer des troupeaux entiers de vaches de peur d’attraper quelques prions, se sont-ils précipités sur un produit dont on ne connaissait ni la provenance, ni les propriétés ?

REVUE DE PRESSE

Résumés de la littérature

Intérêt de l’antibiothérapie dans le traitement de la menace d’accouchement prématuré Méta-analyse

GYNÉCOLOGIE ET SOCIÉTÉ

L’enfant et les nouvelles parentalités Journée éthique, religion, droit et reproduction

A moment où le législateur lève le secret absolu, dans le cadre des accouchements sous X, afin de permettre à l’enfant de connaître, lorsqu’il le souhaite, ses origines, s’interroger sur l’évolution de la famille et ses conséquences possibles sur l’enfant semble opportun.

DOSSIER : PATHOLOGIE VASCULAIRE EN GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE

Pathologie veineuse périphérique au cours de la grossesse

E nviron une femme sur deux constate l’apparition de désordres veineux au cours de sa grossesse, le plus souvent au cours de la deuxième grossesse, et dans plus de la moitié des cas dès le premier trimestre, avec un pic au cinquième mois (1).

Indications des héparines de bas poids moléculaire durant la grossesse et le post-partum

L es héparines s’utilisent, durant la grossesse, lorsque l’on veut disposer d’une activité antithrombotique ou/et anticoagulante capable de neutraliser les principales enzymes terminales de la coagulation par l’intermédiaire de l’antithrombine.

Quel bilan biologique avant prescription d’une contraception orale estroprogestative ?

L e bilan avant une prescription, quelle qu’elle soit, vise à anticiper, et l’efficacité du traitement, et d’éventuels effets secondaires, ceux-ci pouvant être aigus ou survenir à plus long terme.

Lymphœdème secondaire du membre supérieur après cancer mammaire

i le réseau français des registres des cancers permet une quantification assez précise du nombre annuel de nouveaux cas de cancers mammaires (environ 36 000 en 1995), l’estimation de la fréquence des complications iatrogènes qui en découlent reste incertaine. Cette imprécision a plusieurs origines.



LIENS UTILES CULTURE GENERALES INDEX BOUTIQUE CALENDRIER DES CONGRÈS